Monstrueux mystère

Monstrueux mystère

17 juillet 2020 0 Par Marie Vallaury

L’homme était petit, mais sa présence ne passait pas inaperçue. Debout sur une caisse en bois, les bras et les mains gesticulant au-dessus de la foule pour appuyer son discours, il était vêtu d’une redingote toute en paillettes dorées et d’un pantalon noir brillant qui tire-bouchonnait sur des bottes rouges en faux croco. De sa chemise à jabot jaillissait un long cou maigre et ridé qui lui donnait l’apparence d’un vautour vieillissant. Une moustache stylisée, accrocheuse, dissimulait en partie la pâleur de son visage. Ses pommettes, rougies par un fard étalé comme on donnerait un coup de pinceau sur une toile, accentuaient le creux violacé des orbites. Le front disparaissait, non pas sous le chapeau haut-de-forme attendu, mais sous la rondeur anthracite d’un petit chapeau melon, orné d’une bande rouge dans laquelle était piqué un coquelicot en plastique.
Cette apparence clinquante et un peu ridicule aurait facilement attiré la moquerie, mais cette envie passait rapidement dès que l’on croisait le faisceau intense et quasi hypnotique de ses yeux. On était d’abord happé par ce regard sombre, inquiétant, mais qui promettait monts et merveilles. Ce n’était qu’ensuite que ses mots atteignaient nos oreilles, déjà soumises sans conditions à son flot de paroles ininterrompu. Malgré la symphonie des musiques foraines environnantes, sa voix envahissait tout l’espace.
” Entrez, Mesdames et Messieurs, entrez donc ! Venez voir ce que vous n’avez encore jamais vu ! Le mystère des mystères, la merveille des merveilles ! Sous ce chapiteau, Mesdames et Messieurs, se tient l’inconnu, le fabuleux, l’incroyable ! Approchez, approchez ! Oserez-vous pénétrer dans l’antre du mystère ? Sortez de votre petite vie bien rangée et entrez dans l’inavouable, l’inabordable, l’insaisissable ! Je vois que vous hésitez. Vous vous demandez quelle est cette chose, là, derrière la tenture ? Pensez-vous que cela soit la femme à barbe ? Non, elle nous a abandonné l’année dernière, après avoir gagné dix séances d’épilation définitive au loto du dernier congrès européen des hyper-pileux. Depuis, elle a quitté la scène et s’est mise en ménage avec un coiffeur.
Peut-être est-ce l’homme-canon ? Non plus ! Nous avons reçu une motion spéciale de l’ONU nous interdisant d’utiliser des projectiles humains. Maintenant notre homme-canon vend des pistolets à eau aux enfants à la sortie.
Alors, Mesdames et Messieurs, je vous le redemande, qu’y a-t-il derrière ce rideau ? Toutes les attractions sensationnelles que vous pensiez connaître ne sont plus là. Notre femme hydrocéphale est partie travailler à la NASA, les sœurs siamoises se sont séparées sur un coup de tête, le colosse albinos est devenu le mannequin fétiche d’une marque d’autobronzant. Ce que nous vous présentons aujourd’hui est encore plus phénoménal, plus grandiose, plus ahurissant ! Jamais vous n’oublierez ce que vous aurez aperçu ce soir ! Entrez, Mesdames et Messieurs, entrez donc !
Ce que vous verrez à l’intérieur est plus fort que l’homme-tronc qui a retrouvé ses racines familiales, plus grand que le nain unijambiste qui a été recyclé en porte-manteau pour enfant, plus piquant que notre fakir devenu acupuncteur !
Vous auriez peut-être voulu voir de vos propres yeux l’homme-hippopotame, qui pesait plus de 200 kilos ? Comme son rêve était de voler, il s’est engagé pour faire le contre-poids sur une grue de chantier ! Notre géant longiligne, l’homme le plus haut du monde, a été choisi, grâce à son esprit patriotique, pour jouer le mât porte-drapeau devant la mairie.
Vous vous rappelez sans doute notre contorsionniste, l’extraordinaire femme-serpent ? Elle nous a quitté aussi, pour suivre un apprentissage de réparatrice de gaines de ventilation. Quant au sidérant homme-liège, qui flottait sur l’eau comme un bouchon, il a ouvert une école pour bébés nageurs.
Vous voyez, nous n’avons eu que des attractions exceptionnelles, et celle qui vous attend derrière le rideau l’est plus encore !
Bravo, je vois que les plus courageux d’entre vous font déjà la queue pour acheter leur billet ! A tous ceux qui hésitent encore, je dis : oui, nous avons eu Elephant Man, mais il a été embauché sur le chantier voisin pour réduire des blocs de pierre en gravier. Nous vous avons présenté l’extraordinaire chien à deux têtes, mais les frères Bogdanov nous l’ont acheté comme animal de compagnie.
Alors, pouvez-vous imaginer plus inimaginable ? Le phénomène sous le chapiteau dépassera toutes vos attentes ! Vous Madame, que pensez-vous que cela puisse être ? Un mari fidèle, me dit-elle ! Ah ah, quel humour ! Le monsieur à côté propose … une blonde intelligente ! Mais non, toujours pas ! Oui, Monsieur ? Vous me suggérez … un banquier honnête ! Ah non, vous êtes tous bien loin de la vérité “.
A cet instant, une femme monumentale, moulée dans une robe léopard et couverte de bijoux dorés, s’approcha du bonimenteur et lui murmura à l’oreille. Les épaules de l’homme s’affaissèrent. Les yeux brillants de larmes, il s’adressa une dernière fois au public, la voix éteinte :
” Mesdames et Messieurs, vous pouvez rentrer chez vous. J’ai la tristesse de vous annoncer que, sur l’injonction du syndicat Monstres et Compagnie, notre attraction s’est mise en grève. Le spectacle est terminé “.